STORY ROOM 5

[Carnet de voyage 50/52 de l'année]

Explication :
Début décembre 2018, j'ai eu le plaisir de performer pour le 33e Hors Lits de Montpellier.
Lors de ces performances "STORY ROOM", j'ai écrit des textes en direct à partir de mots du public et projetés pendant leur écriture.
7 textes sont donc nés en interaction avec le public. Pour terminer l'année des Carnets de voyage, je vous propose ces voyages en écriture et en imaginaire…

Lecture des textes STORY ROOM - Comment ça fonctionne?
Entre crochets sont les mots donnés par le public au fur et à mesure de l’écriture.
Rappel: Chaque texte a été écrit en direct pendant 1/4 d’heure environ et projeté pendant son écriture. Il n'a pas été modifié.

STORY ROOM 5

[Une ombre. Brillante. L’ombre de quelque chose. Peut-être un animal ? (mais est-ce une chose ?). Arthur. --- Dans une chambre froide. Il y fait froid. Éteinte ou non ? En Allemagne de l’Est. --- Il n’y a pas si longtemps.]

En Allemagne de l’Est, avant la chute du mur, c’est-à-dire il n’y a pas si longtemps à l’échelle de l’humanité, encore moins à l’échelle de notre planète, on pouvait rencontrer, parfois, le soir, une ombre.

On ne la voyait pas partout. Surtout dans les environs de Leipzig. Plus encore autour d’une pizzeria dont la chambre froide cachait des documents pour faire passer des habitants vers la zone Ouest.

Le pizzaiolo, Raoul, avait eu peur la première fois.

Il faut dire qu’il était seul, qu’il était minuit passé et qu’on est, de toute façon, toujours sur ses gardes quand on enfreint la loi.

Il était en train de ranger les derniers verres quand l’ombre, étonnamment brillante, s’était réfléchie sur son visage.

Ce n’était pas une ombre facile à reconnaître. Une chose ? Un animal ? Il n’avait jamais tout à fait su.

Raoul avait fini, pour se donner du courage, tard le soir, seul avec l’ombre, par la nommer.

Arthur.

En souvenir d’une histoire de chevaliers et des contes de son enfance.

[Parce que quelqu’un l’avait poussée (la porte). --- Sa maîtresse. --- Suite à une enquête de la Stasi.]

Une nuit de pleine lune, le pizzaiolo finissait de ranger ses jambons devant des boites contenant de faux passeports quand la porte de la chambre froide s’était refermée sur lui.

— Ah ! cria notre pizzaiolo sans réfléchir.

Aucune réponse.

Grand silence.

Rien. Que le noir. Et au beau milieu : Arthur.

Après une trentaine de minutes, des coups incessants sur la porte, des cris, de la peur qu’il a tenté de faire sortir comme il a pu, Raoul s’était enfin adressé à Arthur. C’était les circonstances qui l’autorisaient à parler à une ombre.

— Ce n’est donc pas toi, l’ami.

Pas de réponse. Que le brillant. (C’est flippant…)

Une petite musique se fit soudain entendre. Une musique de jazz. Une musique qu’on n’entendait pas dans les rues d’Allemagne de l’Est à cette époque.

Et sur ce rythme, des petits cliquetis.

Des pas.

Des pas hauts sur talons.

Et finalement, une voix.

— Fallait pas, Raoul. 

— Nadia ?

— Fallait pas, mon gars. Je t’avais dit. Je t’ai dénoncé à la Stasi. Tu es coincé dans ce frigo avec les preuves. Il va y avoir enquête. Tu es cuit !

[Aigre --- Une banane]

Raoul se mordait les doigts d’être allé fricoter avec la sœur de Nadia le week-end précédent.

Cette histoire commençait sérieusement à tourner au vinaigre et il en avait déjà des aigreurs à l’estomac.

Raoul ne chercha cependant pas à la convaincre ou à se défendre.

À quoi bon ?

Il avait tort.

Elle le savait.

Nadia s’en alla comme elle était venue : sur une musique endiablée et des cliquetis de talons.

Raoul tenta alors le tout pour le tout.

À quoi servent les ombres si ce n’est pas pour nous éclairer parfois.

— Arthur, chuchota-t-il, ne pourrais-tu pas passer de l’autre côté pour m’ouvrir ?

Aussitôt demandé, aussitôt fait.

Raoul en sortit avec la banane et habite depuis avec l’ombre mi-chose mi-animal qu’on appelle toujours Arthur.

  

----
Le principe Hors Lits: des parcours de performances en appartement, un concept né à Montpellier et qu'on trouve maintenant dans le monde entier (http://www.horslits.com).
----

🌟Ce texte s'inscrit dans le projet annuel "Carnet de voyage" : en 2018, je partage toutes les semaine un texte sur le thème du voyage sur ma page Facebook et ici sur le blog.

🌟 Pour être sûr.e de recevoir les prochains posts, les coups de coeur littéraires et autres surprises: abonne-toi à la Magie des mots: http://eepurl.com/cQLfKP
Tu recevras une fois par semaine une surprise dans ta boite mail

Comment