Viewing entries in
carnet de voyage

STORY ROOM 3 [au fond des mers]

Comment

STORY ROOM 3 [au fond des mers]

Nous sommes assis dans ce salon, trop exigu pour nous tous. Nous rêvons, tous, parfois, à de grands espaces. À prendre l’air. À partir loin.
N’est-ce pas ?
Ça vous arrive aussi, je le sais.
Nous rêvons donc de partir.

Comment

STORY ROOM 2 [en Amazonie]

Comment

STORY ROOM 2 [en Amazonie]

Ici et maintenant, on voudrait que Bruno Arbre soit là.
On le voudrait parce qu’on a des questions à lui poser. Sur les arbres, principalement, leurs noms, leurs couleurs en automne – mais pas que.
Il y a un tas de choses qu’on a posé, avec nous, sur la table.
Des questions pour Bruno, nos questions sans réponses.

Comment

STORY ROOM 1 [sur la lune]

Comment

STORY ROOM 1 [sur la lune]

Hier, c’était un lundi. Le 3 décembre exactement.
Mais Maria n’en savait rien. Elle était sur la lune. Elle est depuis toujours un petit peu sur la lune, Maria. Peut-être parce qu’elle danse. Peut-être parce qu’elle ne peut plus danser que dans sa tête.

Comment

Terre pelée [Angleterre]

Comment

Terre pelée [Angleterre]

La montagne a la boule à zéro. L’herbe est rasée par le vent. Pelée on dit. Comme si la terre pouvait perdre des lambeaux de peau quand elle a encore de l’herbe.

Comment

Le violoniste [Prague]

Comment

Le violoniste [Prague]

Au-dessus de la ville, il joue.
A l'entrée du château, alors que tous les touristes sont redescendus à l'heure du dîner, dans l'heure rouge qui teinte les visages, les murs, le fleuve tout en bas, il joue.

Comment

La Panaméricaine [Costa Rica]

Comment

La Panaméricaine [Costa Rica]

Le bus est plein. La route est longue.
On descend la panaméricaine, la plus longue route du monde, celle qui part d'Alaska et termine sa course en Patagonie, au sud de l'Argentine, à Ushuaïa...

Comment

Sur le bord de la Baltique [Pologne]

Comment

Sur le bord de la Baltique [Pologne]

Sur le bord de la Baltique, il y a une forêt de pins et de bouleaux, des arbres aux corps blancs et aux feuilles légères. Quand le soleil se glisse penché entre les troncs tressés serrés, on disparaît du réel.

Comment

La première et la dernière fois [Berlin]

Comment

La première et la dernière fois [Berlin]

La première fois les grues occupaient toute la ville. Dans chaque quartier leurs cous jaunes ou oranges penchaient à angle droit sur du béton nouvellement coulé.
La dernière fois la ville était blanche. Un hiver à donner la chair de poule aux os.

Comment

Avant la frontière [Pologne-Russie]

Comment

Avant la frontière [Pologne-Russie]

Certaines idées semblent bonnes jusqu'à ce qu'on les mette en pratique. Rouler jusqu'à la frontière russe pour la regarder, de loin, nous enthousiasmait depuis qu'on l'avait décidé. Nous avions choisi la route du nord, pour voir.

Comment

Écrivains-voyageurs [Istanbul]

Comment

Écrivains-voyageurs [Istanbul]

Istanbul autant de fois que les doigts de la main.
Un nom étoile filante dont la traînée porte avec elle des images - une basilique dorée et des mosquées de faïence bleue, la prison des femmes d'un harem d'un autre temps, des collines et des collines de maisons, des femmes en noir seules dans les rues au petit matin.

Comment

Le Bosphore [Istanbul]

Comment

Le Bosphore [Istanbul]

Istanbul c'est le Bosphore et le pont vers l'orient, les îles sur la rivière immense et les pêcheurs qui remontent la mer depuis ses berges vertes ou pavées. Une enjambée de béton coiffée de lumières bleues mène dans l'autre monde.

Comment

Perte d'apesanteur [Paris]

Comment

Perte d'apesanteur [Paris]

Je vais parfois dîner chez elle, tout en haut d'un immeuble haussmanien du neuvième arrondissement, dans le Paris des larges avenues mais dans une rue étroite à sens unique et pavées de menus pavés d'un gris presque noir. Le digicode ouvre un passage dans l'ancienne porte cochère monumentale…

Comment

Cadeau d'île [Santorin]

Comment

Cadeau d'île [Santorin]

On ne pas ressentir la fatigue, malgré le sac lourd sur le dos, malgré la chaleur, malgré la marche, quand on est sur ce sentier-là, quand on fait lien entre deux point de cette île en longeant la mer.

Comment

À force de me perdre [Santorin]

Comment

À force de me perdre [Santorin]

Quand j’arrive sur le quai, j’ai les jambes frêles comme le cœur, tout tremble. La foule s’éparpille entre bus et taxis. La place se vide sauf de la mer et je reprends mon souffle au soleil d’un café coincé contre le flanc de la falaise.

Comment

la demande [Inde]

Comment

la demande [Inde]

il (qui ? le temps délave l’inutile) m’emmène vers eux, me fraie un passage jusque dans cette foule compacte
ma peau tranche contre leurs peaux sombres, mon shalwar kameez fusionne avec les leurs
nous passons une porte
parmi eux, à travers eux 

Comment

seule dans le train [France]

Comment

seule dans le train [France]

(il y a encore des compartiments pas de climdes fenêtres qu'on ouvre en granden demandant aux cinq autres personnes si elles sont d'accord
sinon on va dans le couloir
et on laisse ses cheveux s'agiter dans les courants d'air)

Comment

REVENIR [USA-France]

Comment

REVENIR [USA-France]

C'est le temps des derniers. La dernière semaine, la dernière fois qu'on sera allé à la piscine, le dernier repas entre amis, le dernier jour, la dernière fois qu'on utilisera les bodyboards, la dernière soirée, la dernière photo, la dernière nuit, le dernier sms, le dernier au revoir.
Le billet d'avion acheté il y a un an servira pour de bon. Le visa s'arrête dans moins de deux jours.

Comment

Partir

Comment

Partir

l'élan du départ
concentré dans le premier train
ou plutôt
dans la première poignée de main
ou plutôt

Comment