A un tournant de l'histoire

Comment

A un tournant de l'histoire

Elle est à un tournant de l'histoire

Autre chose à faire que d'attendre que ça passe que regarder par la fenêtre que d'observer dans le menu la rue les autres les décisions de petits au nom de pays

Faut bien aller bosser elle se dit

Personne ira à sa place et elle veut les vacances RTT tickets resto 13 et 14e mois prime et chèque C.E. veut profiter de la vie

Comment

Des mains

Comment

Des mains

J'ai des mains d'ouvrière

Des mains carrées, larges

J'ai des mains qui trahissent mon histoire

Gueulent tout haut la place qu'ils voulaient pour moi

Comment

Trumperie

Comment

Trumperie

on dirait que je déciderais tout ! on dirait que je ferais ce que je veux quand je veux. on dirait que j’aurais tous les droits. on dirait que je changerais les règles du jeu. de tous les jeux. on dirait que ceux que j’aime pas ou qui sont pas d’accord eh ben ils disparaitraient.

Comment

La Colombie au Palais de Tokyo

Comment

La Colombie au Palais de Tokyo

Un arrière-grand-oncle a quitté le continent pour un autre; au pied du bateau, dans le port: ses rêves exaucés. Il a sûrement été là-bas un homme qu'il n'avait pas pu - ou su - être ici. 

Comment

Marie-Jeanne

Comment

Marie-Jeanne

Ils ont tout essayé. Les peaux de banane séchées, les coquelicots en tisane, les pilules au pilon. Tout. Mais ça n'a pas fonctionné. Ils y reviennent encore.
C'est elle qui y va.
Les pieds nus sur le parquet sale, la poussière en moutons entre les orteils.
Marie-Jeanne.

Comment

Crime de Lez-majesté

Comment

Crime de Lez-majesté

Le Lez se fait petit, presque oublier. Enfant obéissant abandonné dans un coin de la pièce
Il joue aux bateaux sans autre bruit que ses murmures

Ce poème raconte le Lez, cette rivière qui traverse Montpellier et envahit les rues chaque l'automne.

Comment

Le cri du Pacifique

Comment

Le cri du Pacifique

Je cherche une onomatopée pour te faire vivre l'effondrement des vagues, gueulant de creuver là, sur ce sable, hurlant et chialant toute leur eau contre ce destin misérable. Mais rien ne me vient - rien n'est assez juste. Alors je te laisse seul faire le travail : il faut que tu imagines un grondement sourd, animal...

Comment

L’alcool omniscient

Comment

L’alcool omniscient

Un verre. Seulement. Et avec la chaleur, le reste.
Foire d’été. Contre-courant dans la foule.
Vin dans les veines, sortie de moi-même, plus de limite au corps, plongée dans le flux.
Sensations.
Je vois plus loin. De mes yeux. A leurs yeux.
Je ne vois plus que ça.
Des yeux. Plus que des yeux.
La seconde d’accroche s’allonge en années et je lis en dedans.

Comment

Les mois d'août de mon enfance

Comment

Les mois d'août de mon enfance

L'été chez mamie c'était comme un bonbon, [...] Vous pouvez choisir! et moi je prenais les mous, ceux qu'il fallait à peine mâcher puis qui fondaient sur la langue, oui, c'était tout pareil l'été chez mamie, quelque chose de mou et de fondant, sûrement aussi à cause de la chaleur, la Lorraine c'est tellement chaud l'été!

Comment

Que reste-t-il de moi?

Comment

Que reste-t-il de moi?

Que reste-t-il de moi après chaque roman, à la fin de chaque phrase finale, de chaque mot final, de chaque point final ? 
Fin. 
Et puis plus rien. 
Le saut dans le néant oublié.

Comment

Chronique suédoise

Comment

Chronique suédoise

- Et vous écrivez ça comment?
La femme laisse place à son homme, qu'il le lui dise, au vendeur, comme que ça s'écrit Mujijsd!
- M. U. J. I. J. …
- Non... souffle le vendeur, visiblement exténué. C'est pas ça… Nous avons Mujiks pour une armoire. Mujifg pour un balai. Mujihgt pour un plateau. Mujidojm pour un matelas…

Comment

La petite soeur devenue grande

Comment

La petite soeur devenue grande

La petite sœur devenue grande / Serre l'enfant contre son sein / Malgré ses paupières baissées / Je sais qu'elle couve le petit corps / Ses mains le cueillent dans le berceau / Son jardin printemps-été / Elles l'entourent et le protègent / Lui offre un terreau pour éclore.

Comment

Nouvelle érotique

Comment

Nouvelle érotique

La nuit du 24 au 25 octobre 2015, nuit du passage à l'heure d'hiver, j'ai participé au concours de la NOUVELLE EROTIQUE. Le sujet et le mot final imposés ont été révélés à minuit et la copie devait être rendue au plus tard à 7h - 8h plus tard. J'avais promis de partager ce texte avec vous dès les résultats connus. Le voici! A lire seul(e), ou accompagné(e)....

Sujet: "Jamais sans toi, peut-être avec un autre", Mot final: "Ancre", Concours organisé par les Avocats du diable Vauvert.

Ce texte a été sélectionné parmi les finalistes.

Comment

Ce jour-là

Comment

Ce jour-là

Un jour de mars à l’orée du printemps, je suis rentrée chez moi avec une plaque de plafond sous le bras.
Je revenais de chez D., des murs couverts de couleurs, une vigne taillée en bonzaï qui peut-être donnera une grappe à l’automne et un vélo dans la salle de bain.

Comment

Paroles d'arbre

Comment

Paroles d'arbre

Je n'ai rien à dire.
Le feu parle pour moi.
Les bûches d'un bouleau, ses bras, ses jambes, ses petites mains de brindilles, finissent de crever dans l'âtre.
Elles ne crient pas, les bûches.
Un arbre ça meurt en silence.

 

Comment

Les hirondelles

Comment

Les hirondelles

Les hirondelles sont parties, elle a dit. On était encore en août alors elle a insisté, Je les ai vues ce matin sur le fil. On est allées à la fenêtre, le fil électrique un trait sur l'horizon, vide d'oiseaux.
  

Comment